Frais de port Offerts à partir de 150 € d'achat pour la France Métropolitaine.
Gravure sur Cristal - Cristal gravé
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

Vase Glycines évasé Lalique 2016

(Code: 4412)

Information complémentaire
Envoyer à un ami
Ajouter aux favoris
450,00 €
(-12,00%) 396,00 €
ACHETER
Vase Glycines évasé Lalique 2016
  • Vase Glycines évasé Lalique 2016
  • Vase Glycines évasé Lalique 2016
Vase évasé cristal Lalique de la nouvelle collection 2016 intitulé Glycines.
couleur : blanc

Dimensions :
Hauteur : 17,4 cm
Largeur :  14  cm
Poids:    1,05 kg

En 1920, René Lalique crée le flacon glycines, présentant la floraison légère de cette plante grimpante, symbole de tendresse et d' amitié réciproque dans le langage des fleurs. Lalique réinterprète cette création à travers des vases et coupelles dont le décor en creux immortalise la beauté éphèmere des fleurs.

Artiste révolutionnaire, admiré ou taxé d’excentrique, René Lalique suscite un engouement extraordinaire, des cours d’Europe aux milieux artistiques ou industriels à travers le monde. Ce génie prolifique, surnommé "le Rodin des transparences” selon le mot de Maurice Rostand, a su insuffler une telle puissance poétique à sa Maison que 150 ans plus tard, le charme n’est pas rompu et son art est devenu intemporel, synonyme de beauté pure.

Le 6 avril 1860, René Lalique nait à Aÿ en Champagne (Marne), pays de sa mère. Mais c’est à Paris qu’il passera sa jeunesse. Dès son enfance, il montre de grandes dispositions pour le dessin et un amour profond de la nature.

Il entre comme apprenti chez le fabricant-bijoutier Louis Aucoc, à Paris. Tout en apprenant les techniques de la bijouterie-joaillerie, il continue de dessiner et suit les cours de l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris. Il séjourne en Angleterre à la "School of Art” de Sydenham. A son retour, il s’initie à la sculpture auprès du statuaire Lequien. Devenu "dessinateur en chambre”, il propose à des bijoutiers ayant pignon sur rue, comme Cartier, Boucheron ou Jacta, des dessins de bijoux d’un style totalement nouveau. En 1886, il reprend l’atelier de Jules Destape, Place Gaillon à Paris où il peut enfin fabriquer ses propres créations. Ses œuvres  présentées dans les vitrines des grands bijoutiers parisiens rencontrent tout de suite un vif succès auprès du public.